Comment mater et démâter seul son voilier en toute sécurité


 
Nous sommes tous préoccupés par la question du matage de nos EDEL. Il faut toujours être au moins à deux voire à trois, et, il y a toujours une crainte, un moment critique d’instabilité et d’angoisse durant la manœuvre, surtout avec un enrouleur qui ne manque pas de partir à droite ou à gauche.











C'est la question qui revient sans fin sur tous les forums des bateaux transportables. Comment peut-on mater et démâter seul son bateau ? Est-il même possible de le faire ? On n’a pas toujours trois solides gaillards sous la main, ni une grue, et si oui, seul cela reste quasi impossible!

Je me suis donc penché sur la question, et, j’ai trouvé, puis mis au point un procédé simple de matage en solitaire et ce quelque soit le bateau et la configuration du mat (pour les mats sans pivot arrière j'ai également la solution avec une pièce supplémentaire). Je l’ai testé en vrai grandeur pour démâter cet automne. M’étant mis dans les conditions de l’exercice, manœuvre en solitaire, je ne suis pas en mesure de vous montrer les photos, mais ça marche.

Après des recherches sur le net pour voir si cette solution était originale, tout les constructeurs ont des solutions complexes et coûteuses), je n’ai rien trouvé.


J’ai également recherché au niveau des brevets, mais rien également.
Je peux donc dire que mon procédé, partant de la solution très classique de chèvre, est tout à fait innovant car il ne nécessite quasiment aucun accessoire qui ne se trouve déjà sur le bateau. Il devient possible de le faire sur l’eau, ou à terre. De plus la manœuvre peut se faire entièrement en solitaire, en toute sécurité, car, à tout moment le matage ou le démâtage peut être interrompu sans aucun risque.

 

Voici mes données:








  • utiliser le support de mat arrière déjà réalisé,utiliser le pivot de l’axe arrière du pied de mat,
  • utiliser le tangon comme chèvre, et le palan de GV ou un winch pour actionner le mouvement,
  • ne pas être obliger de soulever ou de maintenir le mat, durant la manœuvre,
  • avoir un système qui reste toujours en équilibre pour une question de sécurité.
  • pourvoir effectuer seul la manoeuvre sur l'eau ou à terre.

  •  Analyse du problème:
    • Les cadènes des haubans (barres de flèches poussantes) sont implantées plus bas et en arrière de l’axe, donc les haubans sont détendus au début et le mat peut basculer d’un coté ou de l’autre.
    • L’utilisation du tangon (ou une latte de bois) comme chèvre sans haubanage est périlleuse pour les mêmes raisons.

    Solution :

    • Axiome de départ, pour travailler en sécurité, il est indispensable de haubaner le mat et le tangon sur un point fixe dans l’axe de rotation du mat.
    • Seulement voila, ce point d’arrimage n’existe pas. (sauf solution bateaux polonais avec chandelier dédié, ou système Kit de matage Sun 2000 avec barre rigides, très compliqué !)
     Alors pour rendre stable mon système, j’ai appliqué une des propriétés des triangles, il sont indéformables (à conditions qu’ils restent rigides). Comme je ne voulais n'utiliser que des bouts, il était nécessaire qu’ils soient toujours tous tendus. J’en ai déduit le principe suivant.
      


    Principe géométrique 

    Pour faire simple voila la démonstration (en réalité c'est un peu plus compliqué)

    Le mat, le tangon, l’étai, ou l’enrouleur, forment un triangle, 2 barres et une corde tendu, donc indéformable pivotant au point O

    Maintenant plaçons un point A sur le pont, coté tribord, à l’aplomb du point O et A’ coté bâbord. Menons 2 droites AX et A’X’ de manière à ce que XOX’ soient alignés.

    (J’ai envisagé une variante en patte d’oie, voire image principe 2, plus facile à mettre en place, sur cadène des haubans, rail de fargues ou autre point fixe déjà existant)

    Considérons maintenant les triangles coté tribord XCD, ou bâbord X’CD, formés par le hauban de matage XC, le hauban de matage XD, et la droite virtuelle CD .

    Tous les cotés étant tendus et constants, les triangles sont indéformables.

    Par la rotation du mat sur son pivot, les points C et D se déplacent sur des cercles de rayon OC et OD. Or les distances CD, XC et XD étant constantes, les triangles XCD pivotent également autour des points X et X’ (je rappelle, ces points sont alignés sur une droite passant par O.)


    Nul besoin de fixer les point X et X’ sur des supports, car AX et A'X' étant maintenus en tension ils restent à leur plus petite dimension

    Les deux triangles XCD et X’CD forment un dièdre dans l’espace, l’ensemble mat - tangon peut pivoter librement autour de O et est constamment maintenu latéralement. Ni le mat ni le tangon ne peuvent plus basculer d’un coté ou de l’autre.

    Un bout à l'extrémité du tangon, passe sous une poulie frappée à l'étrave et est repris soit avec le palan de la GV soit avec un winch, permet la manoeuvre, soit matage soit démâtages. A tout moment il est possible d'interrompre la manoeuvre en bloquant le bout dans un coinceur ou un taquet, le système reste alors à l'équilibre.

    Vous noterez que les haubans et bas haubans sont mis en place et sont mous. Dans le cas de barres de flèches dans l'axe, on ne peut mettre en place que les haubans arrières.
    Variante avec patte d'oie (fixations sur points existants cadènes hauban ou rail de fargues)

    Pour ceux qui seraient définitivement fâchés avec la géométrie et qui auraient encore des doutes voici une petite vidéo très explicite.

    Génial ça marche.

    Préparation du dispositif.

    Il est indispensable d’utiliser un support arrière. J’avais réalisé un support de mat arrière télescopique à deux positions une basse (route ou repos), et l’autre haute (matage démâtage), monté sur les fémelots de safran.  Pour la manœuvre le support doit être solidement haubané au balcon arrière.
    Position route ou repos
     Position matage
    Pour pouvoir mater en solitaire, il faut que la mat pose sur un rouleau (réalisé en sinto-souple avec 2 moules de petit pot de fleur en plastique !). A défaut on peut utiliser une échelle solidement haubanée.

    Détail du rouleau

    Détail du pied de mat, posé sur son pivot arrière.

    (La chèvre est posée dans le trou qu'on aperçoit sur la face avant du mat)

    Le déroulement de la manœuvre en images.


    1. Le mat, tenu avec l'enrouleur est soulevé et posé sur le rouleau


    2. Le mat est progressivement poussé vers l'arrière, il roule sur le support.


    3. Il est alors posé sur son axe de pivot au point O. Tout va bien, c'est en équilibre.


    4. Les haubans de matage sont mis en place, l'enrouleur est fixé au bout du tangon préparé, avec le bout de levage qui passe une poulie préparée à l'étrave. Les ridoirs sont en place sur leurs cadènes. Tout est mou.


    5. Le tangon est mis en place sur la base du mat. Les haubans de matage sont tendus et la manoeuvre de levage peut commencer, les haubans et bas haubans mis en place sur leur cadènes sont mous.


    6. Le levage commence, au début c'est dur. La traction peut se faire au winch, ou avec le palan de GV .


    7. Le levage se poursuit, c'est de plus en plus facile. On peut arrêter en bloquant le bout et vérifier si les ridoirs des haubans sont bien positionnés.


    8. Là ça devient vraiment facile.


    9. Le mat est quasiment levé, les haubans et bas haubans se tendent et participent à la tenu du mat.


    10. Le mat est debout, tenu par ses vrais haubans,il n'y a plus qu'à frapper la drisse de spi l'avant pour pouvoir libérer l'enrouleur, et le fixer.

    Séqence annimée



    Démonstration

    Conclusion

    Faites vous un support arrière digne de ce nom, mettez en place deux points d'accroche des haubans de matage, préparer des haubans dédiés avec mousquetons ainsi qu'une barre de bois ou tangon pour faire chèvre, et vous pourrez mater et démâter sans crainte ni stress. (J'avais un trou de 12 sur la face avant du mat ,ancien passage câble éclairage, J'ai percé le bout de ma barre de bois de façon à lui enfoncer une petite de barre alu de 10, que j'engage simplement dans le trou du mat. Etant en compression, ça ne bouge pas)


    Et quant vous le ferez n'omettez pas de dire: "pour mater, moi, j'utilise le système Henri" afin que j'entre dans l'histoire !!!!

    -  février 2011 -

    14 commentaires:

    1. Bonjour,

      Merci pour ces beaux articles. Je suis d'avis que celui-ci va m'aider tout prochainement ... :)

      Salutations.

      Philippe

      RépondreSupprimer
    2. Nous n'avons pas encore notre edel mais il sera équipé du système HENRI pour sur . Simple et efficaces. Bravo . Lola et Dan

      RépondreSupprimer
    3. De la balle ton truc Henry !
      J'y croyais pas trop, j'ai essayé, et c'est nickel ! Tu peux même aller boire un café le mat à moitié levé, rien ne bouge.
      Merci pour ce système bien pratique.
      Gilles.

      RépondreSupprimer
    4. Merci pour les articles ; je m'en suis inspiré pour améliorer l'utilisation d'un ULTRA 55.
      Blog intéressant Merci

      RépondreSupprimer
    5. Bonjour Henri , Quelle invention....réinventé , en effet Mac Grégor propose ce système depuis.....plus de 15 ans pour ériger le mât des 26 x par exemple .Mais il est toutefois généreux d'en faire profiter les amoureux de la voile. Henri, tu en avais rêvé mais MacGrégor l'avait déjà fait , pas facile d'entrer dans l'histoire !!!!

      Bravo pour ton blog intéressant et très bien fait

      RépondreSupprimer
      Réponses
      1. Bonjour,

        L’innovation ne réside pas dans la chèvre, mais dans l’adjonction d’un compas textile, stabilisant le mat, suivant un axe de rotation situé dans l’espace.
        Tous les autres systèmes fonctionnent par adjonction d’un point fixe, jeu de tiges, cadène dédié… car dans le cas de barres de flèche poussantes les haubans ne maintiennent la mat qu’une fois levé.

        Supprimer
      2. Pour ma part, je viens de dessiner le pivot au pied du mat d'un FIRST 24 que je restaure. Pourriez-vous décrire un peu plus le compas "textile" : comment se passe la fixation au mat, au tangon, épissures ou ? Sur votre vidéo, il me semble voir un noeud en guise de point fixe. Exact ou pas? J'aimerais avoir plus d'info pour ne pas me tromper. mon mail : contact@architectesevrin.be

        Supprimer
      3. Les haubans de matage sont fixés avec un mousqueton au pontet du mat dédié à la balancine de tangon (environ à mi hauteur). Comme j'ai utilisé un seul bout pour les haubans de chaque coté, le point fixe est éffectivement constitué par un noeud.

        Supprimer
    6. Je suis occupé à réaliser votre système (corde de 8mm). Pourriez-vous me préciser comment est fixé le système à l'about du tangon (côté proue)? mon mail éventuellement pour photo détaillée : contact@architectesevrin.be. ne sommes nous pas confrères? Merci d'avance.

      RépondreSupprimer
    7. Bonjour, je trouve votre système très astucieux et l'explication très bien faite. Au début de votre article, vous parlez d'une pièce pour les mats ne disposant pas d'axe de rotation. Dans mon bateau cabinier, le mat passe à travers la cabine et vient repose sur le fond de la coque. Donc pour appliquer votre système de matage, je dois fabriquer une pièce qui permette de caler le mat dans son axe de rotation. Merci d'avance pour votre réponse et voici mon email sebsilat@gmail.com

      RépondreSupprimer
      Réponses
      1. Bonjour,

        Si j'ai bien compris le mat traverse le roof pour reposer sur le fond de coque. Dans ce cas il est impossible de le faire pivoter, puisqu'il faut d'abord le relever pour le faire ressortir. La seule solution serait de créer une épontille pour la partie en cabine, avec des jumelles et un axe au dessus du roof. Pas évident de se lancer dans un truc pareil.


        Supprimer
    8. La différence avec les Mac c'est les tangons temporaires et malheureusement c'est la partie la moins claire de votre démonstration et de vos explications :( Les commentaires précédents en sont la preuve.

      Vous devriez éclaircir ce point avec l'ajout de photos explicites ou d'un vidéo dédié à cette partie.

      RépondreSupprimer
    9. Merci beaucoup Monsieur Dreyssé pour cet article clair et exhaustif, grâce auquel j'ai pu réaliser mon démâtage/remâtage seul et en toute sécurité avec le bateau sur l'eau.
      Je me suis permis de vous citer et de faire un lien sur votre article dans le mien à :
      http://nauticaerium.blogspot.fr/2015/09/refection-du-greement-en-autonomie.html

      RépondreSupprimer
    10. Ça y est, j'ai démâté seul à mon tour. Huit photos à :
      http://citoyens.deontolog.org/index.php/topic,2235.0.html

      Merci et amitiés !

      Lavau

      RépondreSupprimer